Tout Tango Magazine

ENRIQUE RODRIGUEZ , un musicien multicarte


Rédigé le Lundi 22 Décembre 2008 | Lu 1707 fois



ENRIQUE RODRIGUEZ ,  un musicien multicarte
Martín Borteiro

Martín Borteiro que d’aucuns par ici ont connu comme réalisateur  (le film "Carlos Gardel, el mago", comme DJ (Festival de Tarbes 2008) ou comme danseur (Toulouse, Aix ou Paris au festival Uruguay sur Seine) a été sollicité par la rédaction de Tout Tango pour livrer son opinion sur l’orchestre d’Enrique Rodriguez.


S’il m’est demandé de penser à une tanda qui ait la vertu de faire décoller une soirée, qui stimule, que l’on risque au plus fort de la nuit et qui m’inciterait sans doute à danser avec la personne que je souhaiterais inviter à ce moment-là, cette tanda, ce serait "Dejame ser así", "Yo no sé porque razón" et "Como has cambiado pebeta" de l’Orchestre Typique de Enrique Rodríguez.

Et pourtant j’ai eu beaucoup de mal à devenir l’ami de Enrique Rodríguez !

Chaque fois que j’étais à la recherche d’un joli morceau que j’avais entendu quelque part, je ne trouvais que des valses, des pasos-dobles, fox-trots, marches, et même des rancheras, jamais le tango que je cherchais. Ensuite, j’ai appris qu’on avait appelé son orchestre, «l’orchestre de tous les rythmes», parce qu’il enregistra beaucoup d’airs joyeux qui étaient des succès dans les bals.

Son orchestre s’est maintenu plus de 30 ans, et réalisa presque 350 enregistrements discographiques, depuis la fin des années 30 jusqu’en 1971. C’est pourquoi, de nos jours, il est si difficile de trouver des morceaux intéressants, parce que, étonnamment, nombreux sont ceux qui furent des succès à leur époque, comme la valse "Tengo mil novias", ou le corrido «La viuda de la esquina» mais qui ne le sont plus pour nous aujourd’hui.

Et ce, même dans la décade d’or des années 40, ce qui reste peu compréhensible pour un tanguero d’aujourd’hui. Mais un jour, j’ai découvert quelques petits bijoux des chanteurs Roberto "El Chato Flores" et Armando Moreno, et, honnêtement, ils compensent réellement pour nous, passionnés de danse, tout le mal que les musiciens peuvent dire de cet orchestre.

Il nous reste donc juste à nous enlacer et à danser, parce que, il faut que je vous l’avoue,  tandis que j’écrivais ces quelques lignes, j’écoutais ces morceaux, et plus que de les écouter ou d’en parler, j’ai surtout envie de les danser !!!
 
Martín Borteiro
(remerciements à Marie Emmanuelle Balmadier pour la traduction)

P.D.(Post Data) : N’oubliez pas d’écouter le fox-trot "A tisket, a tasket", pour ne jamais le passer dans aucune milonga de ces 50 prochaines années.

Je n’hésite donc pas à recommander, avec un amour tout milonguero, deux tandas de Enrique Rodríguez et son Orchestre Typique, l’une avec El Chato Flores,
1. Son cosas del bandoneón (Flores)
2. Si no me engaña el corazón (Flores)
3. Dejáme ser así (Flores)
4. Un copetín (Flores)
 
 
et l’autre avec Armando Moreno (dans l’ordre) :
1. Yo no sé porque razón (Moreno)
2. Danza maligna (Moreno)
3. Llorar por una mujer (Moreno)
4. Como has cambiado pebeta (Moreno)

Et pour que vous sachiez combien il a été difficile de sélectionner des thèmes de Armando Moreno, je vous laisse quatre titres de plus, en guise d’alternative (ou pour un autre moment de la soirée !) :
Luna llena, Suerte loca, En la buena y en la mala, et Este es tu tango.


--------

Martín Borteiro fait partie de l’organisation du 1er Festival International de tango de Montevideo qui aura lieu du 12 au 15 février 2009 - www.montevideotangofestival.com

1 2




Nouveau commentaire :
Twitter