cours, ateliers, practicas, milongas, conférences, spectacles, musicalisation....

ECOUTE MUSICALE ACTIVE

Lundi 18 Août 2008

PRESENTATION

 

Le but est de permettre l'acquisition d'une culture musicale du tango par le plus grand nombre de danseurs et de relier les connaissances et analyses sur ces sujets avec leur pratique de la danse.


Les différents éléments envisagés sont :

-l'évolution musicale du tango et des styles de danse qu'il a suscité

-l'éclaircissement sur la structure musicale classique d'un tango


-certains effets musicaux spécifiques


-des exercices simples de musicalité visant à l'acquisition de notions de base (la mesure,  la phrase musicale, concepts de temps forts et faibles, accélération et contretemps, identification de la pulsation, isolation des instruments)


- une réflexion sur les questions d'interprétation musicale : la gestion de la vitesse , la pause ou le calage des fioritures (quand ? comment ? et surtout pourquoi ?) et éventuellement assorti de supports vidéo


D'une manière générale ces ateliers se pratiqueront autant avec les oreilles que sur la piste de danse alternativement ou en même temps. D'où l'expression « écoute active »…


Ceci étant , il n'est pas question de se substituer à des cours classiques de tango. Le but est d'être présent en complément sur des sujets sur lesquels les professeurs n'ont pas le temps de développer en cours pour différentes raisons. Il n'est pas prévu de faire acquérir des figures aux participants mais de les aider à utiliser le vocabulaire qu'ils connaissent déjà et à le gérer en fonction de la musique.


La première séance est généralement consacrée à un balayage général de l'évolution du tango dans ses grandes lignes. (extraits musicaux) , la présentation  de la structure traditionnelle d'un tango le tout entrecoupé quelques exercices simples de musicalité (les plus simples et les plus importants).

Pour la suite,  est envisagé un travail plus fouillé consacré à un musicien ou un des musiciens d'un même style (exemple Canaro Lomuto, ou Di Sarli- Fresedo-Sassonne) avec une analyse plus fine de la structure orchestrale, des arrangements caractéristiques, etc…


La même grille d'exercices de musicalité est utilisée à chaque fois, avec des difficultés rencontrées différentes selon les musiciens.


Un travail d'analyse d'interprétations chorégraphiques du même titre par des danseurs de styles différents pourra être réalisé à partir de supports vidéos.


Et surtout un travail de recherche d'interprétations de séquences musicales sera proposé aux participants. Le but n'est pas de chorégraphier de manière figée mais justement de « chorégraphier » en improvisation sur la base d'une écoute musicale plus aiguisée et plus consciente.

Prochaines sessions: voir planning


pierre Doussot
Rédigé par pierre Doussot le Lundi 18 Août 2008 à 01:36

LA CULTURE DU TANGO

Lundi 18 Août 2008

PRESENTATION

Le tango n'est pas qu'une danse. Il a pris sa source dans une réalité sociale et culturelle, dont on ne peut le détacher, et c'est parce cette réalité existe toujours ou qu'elle a un caractère d'universalité qu'il est toujours vivant aujourd'hui. La question du rapport homme femme qu'il véhicule, mais aussi son existence essentiellement comme danse de bal en font une danse sociale par excellence.



De ce fait, il a quelque chose à voir avec des pratiques sociales et culturelles. Les codes du bal, l'organisation d'une milonga, en sont un exemple. L'évolution de sa musique et de sa danse est en phase avec ce qui se passe dans la société et  la culture au sens large (mais notamment la musique). Et on ne peut pas dissocier la danse de ces aspects. Y compris et surtout si on prétend se placer dans une transgression ou une évolution de certains cadres, éradiquer des clichés, on se doit de maîtriser les tenants et les aboutissants de la culture tango existante à un moment T.



Ceci ne signifie évidemment pas sacrifier  à des codes comportementaux, sociaux, vestimentaires, musicaux, voire kinétiques formels, pour le plaisir d'un conformisme  d'embaumement que nous considérerions comme mortifère. Le tango, ce n'est pas un grand musée poussiéreux, c'est la vie, et la vie aujourd'hui, pas il y a 50 ans. Et comme tel il comporte sa part de vie et de mort, de désuétude et de provocation, de permanence et de renouvellement. Pour savoir où on va, il est indispensable de savoir d'où on vient. Nous entendons être attentifs à ces éléments et participer à la diffusion de la culture tango dans ses différentes composantes auprès du plus grand nombre.

C'est notamment pour cela que les séances d'initiation que nous proposons ne peuvent se limiter à montrer quelques pas mais incluent nécessairement une présentation historique du tango à travers ses styles (musique ou danse), illustrée notamment "en vivo", les principes de fonctionnement d'un bal tango, des anecdotes... 



Une volonté de faire percevoir le tango comme une universalité, une diversité et une évolutivité.

pierre Doussot
Rédigé par pierre Doussot le Lundi 18 Août 2008 à 01:35

PRACTICA

Dimanche 17 Août 2008

PRESENTATION

PRACTICA
Une practica n'est pas une milonga bis! Et ce n'est pas un cours non plus…

C'est juste un lieu où dans une ambiance informelle les danseurs peuvent mettre en pratique ce qu'ils ont vu en cours, affinent le mouvement tout en se mettant dans une dynamique collective proche de celle du bal. Et bien entendu ça peut (doit) être un lieu d'échange entre les participants.

Nos practicas évoluent sur deux pôles :
BASICA
Dans l'ancien temps, celui qui ne maîtrisait pas le tango, avec aisance ne pouvait pas danser en milonga. Pour y accéder, il lui fallait travailler dur, et donc, la practica lui servait de préparation…
L'idée est donc d'ouvrir un lieu où les danseurs peuvent pratiquer dans cet esprit, échanger entre eux sur leurs difficultés, voire solliciter un avis des responsables de la practica. Destiné principalement aux débutants (moins de deux ans de tango), l'orientation générale est de mettre l'accent sur la gestion de l'espace (sens du bal, adaptation du mouvement à la place disponible, entre autres) et la recherche d'une connexion du mouvement à la musique. Ceci étant, ces éléments là devraient être les préoccupations essentielles de ceux qui ne débutent pas…

La programmation musicale, essentiellement classique sera donc adaptée à ces préoccupations (pas de musiques trop complexes) ou à la demande des danseurs. Un moment idéal pour ceux qui n'ont pas encore osé venir aux milongas, un bon moyen de rencontrer les débutants des autres écoles et de s'échanger des conseils. Les responsables de la practica interviendront le cas échéant auprès des danseurs pour les rappeler à ces objectifs de base ou leur proposer éventuellement une solution. Les échanges entre les participants sont largement encouragés.

BUSQUEDA
Cette deuxième phase est axée sur la recherche (musicalité plus complexe, échange de rôles…). La programmation musicale y est donc plus aventureuse. (à titre indicatif, 50% d'électro, d'alternatif, ou de tangos sophistiqués, 50% de classiques). Les participants peuvent proposer des musiques qu'ils auraient découvertes. Elle peut porter sur une recherche libre de chacun ou s'articuler sur un thème de recherche pour ceux qui le veulent, finalisé par des échanges de solutions. Le cahier des charges de base (gestion de l'espace et musicalité) reste en tout état de cause valable.
ASSOCIATION CAMINITO TANGO
Rédigé par ASSOCIATION CAMINITO TANGO le Dimanche 17 Août 2008 à 14:33

PRESENTATION

CAMINITO TANGO ET LA MUSIQUE DU TANGO


LA MUSIQUE DU TANGO ET SON INTERPRETATION
Nous ne croyons pas que la pratique du tango puisse être déconnectée de la connaissance de sa musique sans être affectée par les insuffisances et la stagnation.

Ca ne veut pas dire qu'il faille transformer systématiquement les danseurs en musicologues érudits. Mais il nous semble indispensable que quiconque veut s'imprégner de l'esprit du tango puisse au minimum être capable d'identifier les caractéristiques des orchestres principaux, ne serait ce que pour pouvoir adapter sa danse à la musique sur laquelle il évolue.

Il a besoin  également d'être capable d'identifier quelques éléments de base de la musique, telle que la pulsation de base, les temps faibles et forts (dans le marcato en 2), l'isolation des instruments, la possibilité de faire des pauses… et de jouer avec tous ces éléments là (entre autres)!

Un travail où chacun doit pouvoir faire preuve d'humilité pour pouvoir se remettre en question et donc progresser dans l'interprétation. Il est très difficile pour la plupart des enseignants-transmetteurs- passeurs de tango, de développer ces éléments dans leurs cours, tant ils sont soumis à une pression de la part des élèves sur l'apprentissage des figures et que la nécessité d'imposer un minimum de travail sur la posture et la connexion, leur laisse très peu de possibilité de mettre l'accent. Nous croyons qu'il est pourtant indispensable de pouvoir développer ces notions là auprès des danseurs … et des autres.

Si Di Sarli, Pugliese, Canaro et Piazzolla font tous du tango, ils ne font pas le même tango. Enchaîner les mêmes figures sur des musiques porteuses d'énergies différentes est un non sens si on ne veut pas prendre en compte cette diversité et proposer une interprétation en conscience.


Idem, musicaliser une milonga, un bal, une pratique ne peut dans notre esprit se résumer à passer des disques à la suite. Il y a une notion de gestion des rythmes (quand dynamiser le bal, quand est il nécessaire de calmer le jeu, quand changer d'énergies, quelle coloration donner ? etc..) à posséder.

De nos jours, le public est de plus en plus sensible à la qualité de la musicalisation et donc exigeant. Il nous semble utile de participer à la démultiplication d'une offre allant qualitativement en ce sens. C'est pourquoi un de nos objectifs est de participer en fonction de nos moyens mais avec toute notre volonté à cette offre, soit directement, par la participation de certains de nos adhérents à la musicalisation des soirées, soit indirectement en délivrant les éléments de problématiques de la musicalisation aux personnes intéressées afin qu'elle puissent à leur tour y participer.

Caminito tango inscrit donc son action en direction de cet objectif de sensibilisation à la musique.

La musique tango ne se limite pas dans le temps ni dans la forme
. Aussi nous ne sommes pas de ceux qui considèrent que la seule musique tango valable a été créée avant Piazzolla. Nous considérons même que la musique de ce dernier ne constitue ni un nec plus ultra, ni un horizon indépassable et que d'autres formes plus récentes telles que l'électro tango, malgré plusieurs avatars inexploitables, en fait partie. De même nous estimons qu'il est acceptable de considérer que quelques créations musicales participent d'une pulsation tango, même si elles n'en ont pas la forme stricte et peuvent se prêter à la danse tango. Un des objectifs de l'association est de rester ouvert sur ces possibilités musicales dites alternatives.

A l'inverse, nous estimons que la recherche de modernité n'est pas une fin en soi et que ce n'est pas parce que la musique sort des canons classiques qu'elle est nécessairement bonne ou adaptée. La branchitude n'est pas un étendard, mais un handicap. Au contraire nous estimons que la transgression n'a le droit d'exister que parce que l'objet de la transgression est connu et maîtrisé. La question du lien et de l'ancrage entre tradition et modernité est donc une préoccupation permanente.
ASSOCIATION CAMINITO TANGO
Rédigé par ASSOCIATION CAMINITO TANGO le Dimanche 17 Août 2008 à 13:40
1 2 3 4

Profil
ASSOCIATION CAMINITO TANGO



Infos XML



RSS ATOM RSS comment PODCAST Mobile