TANGO MADAME - «Morganito»


Rédigé le Lundi 22 Décembre 2008 | Lu 3247 fois



TANGO MADAME - «Morganito»
TANGO MADAME
«Morganito»


Récupéré in extremis avant le bouclage, je vous présente le premier et nouvel album du quinteto «Tango Madame» avec évidemment Guy Marrec à la guitare, Jérémy Vannereau au bando (dont nous parlions dans le dernier numéro à propos de son CD en duo avec Eric Franceries), François Castella et Pascal Delalée aux violons, et Renaud Duret à la contrebasse.
Tango Madame, en France, plein de gens connaissent, parce que ces p’tits gars sont d’cheu nous et qu’ils ont pas mal joué dans plein d’endroits. Pas forcément dans cette configuration-là, mais bon, généralement on connaît.
Pour être franc, je vais vous dire, je considère que c’est la bonne nouvelle du trimestre au niveau des CDs. Je n’ai pas l’impression qu’il y ait eu un budget phénoménal permettant de se payer une pléthore d’heures de studio, mais il y a de la recherche et de la création (8 titres sur 15 composés par Guy, quand même…) et du nerf aussi. Indépendamment des «oldies but goldies» que sont «cComme il faut» ou «Oblivion» , comment ne pas s’interesserintéresser à des intitulés aussi décalés et énigmatiques que «Valse à midinettes», «Milonguitarra», «Tango nomade», ou «Valsetto»? Pour commencer, parce que, quand on les écoute, on leur trouve un charme indéniable, tirant quelquefois sur la musique de film. Deux curiosités : une reprise de «Autour de minuit» (musique Thélonious Monk, paroles Claude Nougaro) et «Milonga sentimental» chanté accompagné par un orgue de Barbarie, en clin d’œil aux organitos des débuts héroïques du tango.
Bref, sympa et intéressant. A écouter comme à danser, même si ça peut demander aux danseurs de faire preuve, eux aussi, de créativité.

Eric Schmitt

4 Dansabilité

3 Qualité sonore

5 Créativité

5 Note cœur
partie vocale Oui
durée : 54 mn
www.tangomadame.fr



Nouveau commentaire :
Twitter