Expo photo jusqu'au au 6 avril 2014: l'Amérique latine


Rédigé le Mardi 24 Décembre 2013 | Lu 3266 fois


Exposition ouverte du 19 novembre 2013 au 6 avril 2014. Fondation cartier pour l'Art contemporain - 261, boulevard Raspail, 75014 Paris.


ARGENTINE. Adriana Lestido, série «Femmes prisonnières», 1991-1993 - Photographie en noir et blanc       Adriana Lestido / Collection Fondation Cartier
ARGENTINE. Adriana Lestido, série «Femmes prisonnières», 1991-1993 - Photographie en noir et blanc Adriana Lestido / Collection Fondation Cartier
  Depuis le 19 novembre, la Fondation Cartier pour l'art contemporain abrite une exposition retraçant cinquante-trois ans d'histoire de l'Amérique latine et de photographie. De l'arrivée de Pinochet à la  tête du Chili en 1973 à la crise économique argentine à l'aube de l'an 2000 en passant par les massacres au Pérou sous Fujimori dans les années 1990, «América latina : 1960 - 2013» suit quasiment chacun des bouleversements qu'a connu le continent émergent de la fin du XXème siècle à nos jours.
En parallèle de ce turbulent destin, on suit l'évolution de l'art photographique, depuis le noir et blanc argentique jusqu'aux couleurs saturées de l'ère numérique en passant par les photomontages et les dessins sur tirages photo.

 
http://www.leparisien.fr/bougez/en-images-expo-photo-l-amerique-latine-a-la-fondation-cartier-27-11-2013-3354801.php?pic=13#infoBulles1

ARGENTINE. León Ferrari, série «Plus jamais», 1995 - Inscriptions manuscrites sur photocopie - Sur les voiles de ce navire on peut lire les confessions du lieutenant Scilingo, qui a participé à la dictature. Elles évoquent les fameux «vols de la mort», lors desquels les opposants devaient monter à bord d'avions militaires où ils étaient anesthésiés puis jetés à la mer. León Ferrari / Collection Alicia et León Ferrari / Fondation Cartier
ARGENTINE. León Ferrari, série «Plus jamais», 1995 - Inscriptions manuscrites sur photocopie - Sur les voiles de ce navire on peut lire les confessions du lieutenant Scilingo, qui a participé à la dictature. Elles évoquent les fameux «vols de la mort», lors desquels les opposants devaient monter à bord d'avions militaires où ils étaient anesthésiés puis jetés à la mer. León Ferrari / Collection Alicia et León Ferrari / Fondation Cartier



Nouveau commentaire :
Twitter